Premier apéro sans fumer

Est ce que le tabac allait me manquer en buvant de l’alcool ?

Encore une grosse journée de boulot, en entretien de 11h à 13h30, puis COPIL de 14h à 16h: pas le temps de penser à la clope !

Le soir trois anciens collègues sont venus manger à la maison sur la terasse.

En rentrant du boulot je suis passée rapidement au supermarché car je voulais racheter du gin pour être sûre de ne pas en manquer. Quand j’en suis repartie j’ai vu une femme qui fumait à l’entrée du magasin. Je l’ai regardée: la bonne cinquantaine à mon avis, en jogging plutôt informe qui lui moulait le ventre, j’ai regardé son visage pour y lire les effets de la cigarette, et je me suis dit que je ne voulais définitivement pas ressembler à ça (même si je ne suis quand même pas proche d’y arriver !!). Je l’ai vu tirer une latte et prendre la fumée dans la bouche, et je me suis dit qu’elle était sûrement complètement accroc, qu’elle ne fumait plus par plaisir mais par obligation. Et c’est là que j’ai réalisé: quand je vois des gens entre 20 et 40 ans fumer en soirée ou dans les bars, ils ont l’air de passer un bon moment, d’être heureux, de vivre leur vie à fond (stupidité) sans se poser de questions, et moi c’est complètement ce que je ressens aussi. Par contre passé 50 ans je vois les fumeurs comme des personnes n’ayant jamais pu se libérer de ce poison, qui fument car elles y sont contraintes, elles ne peuvent pas s’en passer. Mais en fait il n’y a pas de différence: à 20, 30 ou 50 ans on est accroc de la même manière. Ce qui change, c’est l’aspect physique des fumeurs plus âgés qui me rebute.

La soirée s’est bien passée, je n’ai pas eu envie de fumer, enfin pas trop. Déjà, le fait qu’ils soient tous les 3 non fumeurs a beaucoup aidé. Ne voir personne s’allumer une cigarette devant moi m’a permis de moins y penser. En même temps, pas moyen de fumer par procuration non plus ! J’ai plus bu qu’en temps normal (2 gins tonic et 2 ou 3 verres de vin) mais c’est déjà un effet du sevrage d’alcool que j’avais remarqué, et qu’on m’avait rapporté. Je crois qu’on en a besoin pour compenser, pour se détendre complètement et se sentir moins privé. Mais gare à ne pas dépasser la dose à partir de laquelle on arrivera pas à resister (ça m’est déjà arrivé plus d’une fois: tenir tenir tenir, puis craquer complètement à une heure avancée de la soirée après plusieurs verres). J’ai fumé ma cigarette électronique, comme quoi ça aide bien quand même, ils sont partis tôt et je me suis couchée plutôt fière de moi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *